Le LIER - FYT |

Presentation

Le Laboratoire Interdisciplinaire d’Etudes sur les Réflexivités - Fonds Yan Thomas (LIER-FYT) est une Formation de Recherche en Evolution (FRE 2024) placée sous la double tutelle du Centre National de la Recherche Scientifique et de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Créé le 1er janvier 2019 et implanté dans les locaux de l’EHESS, il a pour ambition de devenir une Unité mixte de recherche à l’horizon du 1 janvier 2021. Son directeur, le sociologue Cyril Lemieux, et sa directrice-adjointe, la philosophe Julia Christ, expliquent ici l’ambition scientifique qui réunit les chercheurs et les chercheuses, d’horizons divers, qui ont décidé de rejoindre cette unité.

On comprend, d’après son nom, que le LIER-FYT se consacrera à l’étude des réflexivités. Que faut-il entendre par là ?

CL : La réflexivité est un terme aujourd’hui en vogue dans les sciences sociales mais lorsqu’il est mobilisé, c’est le plus souvent pour évoquer la réflexivité du chercheur ou de la chercheuse. Notre perspective est différente : nous étudions ce qu’on peut appeler la production sociale de réflexivité, c’est-à-dire la manière dont les sociétés, les groupes et les institutions mettent en cause et en discussion leurs propres pratiques et leurs propres discours. Fait partie intégrante de ce programme l’examen de ce qui limite ou entrave leur capacité à produire une telle réflexivité.

JC : Cette perspective de recherche nous conduit à adopter une approche de la réflexivité qui est à la fois non-mentaliste et non-individualiste. La réflexivité n’est pas une faculté de l’individu seul ou de son cerveau : en ce qu’elle signifie et implique une critique de leurs pratiques menée par les acteurs eux-mêmes, son émergence est liée à l’organisation sociale et elle dépend de l’action collective. C’est pourquoi nous cherchons à étudier ce qui, dans l’ordre social et institutionnel, favorise ou empêche la production de réflexivité et que nous nous intéressons, sous ce rapport déterminé, aux transformations historiques des sociétés ainsi qu’à une éventuelle spécificité des sociétés modernes, dont on peut faire l’hypothèse qu’elles ont érigé la réflexivité en une sorte d’idéal – ce qui ne signifie pas, tant s’en faut, que l’idéal soit réalisé.

Le LIER-FYT se veut un laboratoire « interdisciplinaire ». En quel sens ?

JC : Interdisciplinarité signifie pour nous de réunir des disciplines qui, dans un contexte intellectuel et politique donné, s’attirent mutuellement. Par « attirance », il faut entendre que les disciplines se rencontrent en visant certains problèmes ou certains lieux problématiques communs, qu’elles envisagent et traitent différemment. Pour nous, le topos central de cette rencontre est la réflexivité spécifique qui sous-tend la condition des sociétés modernes. Les disciplines actuellement présentes dans notre laboratoire – la sociologie, la philosophie, le droit et dans une moindre mesure, la linguistique – étudient avec leurs méthodes et leurs moyens propres ce phénomène. D’autres disciplines encore, comme l’histoire et l’anthropologie, ont vocation à contribuer à notre réflexion. Laquelle, faut-il le préciser, ne se limitera pas au cadre européen.

CL : Notre approche obéit à ce qu’on peut appeler un programme interdisciplinaire « au sens fort ». Nous partons du principe que chaque discipline possède sa technicité et ses exigences méthodologiques et que c’est en s’y tenant, et depuis son lieu propre, qu’elle est en mesure d’affecter les autres et d’être affectée par elles. Cette conception s’oppose à l’idée de « transdisciplinarité », consistant à imbriquer les disciplines les unes aux autres jusqu’à ne plus distinguer entre elles. Mais elle s’oppose tout autant à l’isolationnisme consistant pour une discipline à rester hermétique au dialogue avec les autres et à ne pas chercher à contribuer, avec elles, à l’élaboration d’un projet scientifique commun – en l’occurrence, celui qui nous réunit au sein du LIER-FYT mais on pourrait dire la même chose à un autre niveau d’un certain projet des sciences sociales qu’incarne l’EHESS elle-même.

Apparaît dans le nom de l’unité un « Fonds Yan Thomas ». A quoi cela fait-il référence ?

JC : Les spécialistes d’histoire et de philosophie du droit qui rejoignent le LIER-FYT amènent avec eux un fonds documentaire exceptionnel : celui qu’avait constitué au fil de son existence le regretté Yan Thomas. Il s’agit de 1500 volumes principalement de droit romain, d'histoire du droit et d'histoire de l'antiquité, auxquels s’ajoutent environ 4500 thèses de droit, de science politique et d’économie, publiées en France entre 1924 et 1967. Une vraie mine d’or pour tous les chercheurs et chercheuses qui s’intéressent au droit et à ses évolutions !

CL : Un de nos objectifs, dans les années qui viennent, sera de rendre ce fonds accessible au public intéressé et de le valoriser, en particulier en le numérisant afin de permettre aussi sa consultation à distance. En mentionnant le nom de Yan Thomas dans l’intitulé de notre centre, il nous tenait à cœur de signaler que le droit est dans la vie sociale un opérateur de réflexivité parmi les plus importants et que son étude, par conséquent, constitue l’un des piliers essentiels du programme scientifique de notre unité.

 

En savoir plus sur le projet scientifique de l'unité

EHESS
CNRS

Au mois d'octobre 2019


*


JEUDI 10 OCTOBRE

 

 

16h-17h30. 2 rue Perrée. Carreau du Temple. Grand auditorium.

 

Dans le cadre des Journées d’études internationales : "L’évaluation des personnes placées sous main de justice : genèse, usages, enjeux" [organisées par la Direction de l’administration pénitentiaire]

 

Séverine Chauvel  (LIRTES & LIER-FYT) :  "Usages de l’évaluation dans les parcours scolaires".


Programme complet des Journées: voir ici.


 

VENDREDI 11 OCTOBRE

 

 

10h-12h. 10 rue Monsieur-le-Prince. Salle commune du LIER-FYT.

 

Séance de discussion ouverte à toutes et tous à l’occasion du passage à Paris de Natalia Smolianskaïa [animée par Cyril Lemieux]

 

Natalia Smolianskaïa (Ecole des hautes études en économie de Moscou) : "Malevitch, les avant-gardes russes et les ‘conflits de modernité’" (en français).

 


*******************

 

11h-16h. Buenos Aires (Argentine). Miñones 2073. Centro de investigaciónes filosóficas.

 

Dans le cadre du workshop "Perspectivas contemporáneas de la filosofía política: Instituciones y Derecho" [organisé par le Centro de investigaciónes filosóficas (CONICET)]

 

Michele Spanò (LIER-FYT) donnera la conférence principale intitulée : "Institución. Filosofía, derecho, política".

 

 

 

MARDI 15 OCTOBRE

 


14h-20h. Buenos Aires (Argentine). Miñones 2073. Centro de investigaciónes filosóficas.

 

Michele Spanò (LIER-FYT) donnera  un séminaire intensif pour spécialistes : "Más allá del derecho subjectivo. El derecho civil y la política del los modernos". 

 

*******************


19h-21h. 105 boulevard Raspail. Salle 4.

 

Séminaire "Réalisme et anti-réalisme axiologique et déontique" [Otto Pfersmann (LIER-FYT) & Frédéric Nef]


Première séance.

 

En savoir plus sur ce séminaire.

 

 

JEUDI 17 OCTOBRE

 

 

10h-13h. 105 boulevard Raspail. Amphithéâtre François Furet.

 

Séminaire "Sociologies d’aujourd’hui" [Yannick Barthe (LIER-FYT), Cyril Lemieux (LIER-FYT) & Samuel Thomas]

 

Première séance : "Enquêter collectivement sur les problèmes actuels de la sociologie".

 

En savoir plus sur ce séminaire.

 

 

VENDREDI 18 OCTOBRE

 

 

9h-11h. Campus Condorcet. Bâtiment Recherche Sud. Salle R074.


Séminaire "Analyser l’activité "telle qu’elle se fait" : les bases conceptuelles et méthodologiques de l’enquête vidéo-ethnographique" [Michel de Fornel (LIER-FYT) & Christian Licoppe]


Première séance.

 

En savoir plus sur ce séminaire.

 

*******************

 

14h30-16h30. Arras. Rue du Temple. Université pour tous d’Arras. Amphithéâtre Paul Verlaine.

 

Dans le cadre du festival "Citephilo" [organisé par l’association Philolille]

 

Discussion, en présence de l’auteur, de l’ouvrage de Pierre-Henri Castel (LIER-FYT), Le Mal qui vient (Cerf, 2018).

 

En savoir plus.

 

*******************

 

17h-19h30. Pérouse (Italie). 33 via Alessandro Pascoli. Dipartimento di Giurisprudenza. Sala Lauree.

 

Soutenance de la thèse de Veronica Pecile (LIER-FYT & Université de Pérouse) intitulée "Comment les communs sont devenus gouvernement : mobilisations citoyennes et cooptation institutionnelle à Palerme (Sicile)".

 

Membres du jury: Adalgiso Amendola (Université de Salerno); Clelia Bartoli (Université de Palerme); Maria Rosaria Marella (Université de Pérouse, co-directrice de la thèse); Michele Spanò (EHESS); Paolo Napoli (EHESS, directeur de la thèse); Mikhaïl Xifaras (Sciences Po - Paris)

 

En savoir plus.

 

 

LUNDI 21 OCTOBRE

16h-18h. 2 rue Conté. Conservatoire National des Arts et Métiers. Salle 31-2-85

Séminaire du Groupe d’étude sur le néolibéralisme et les alternatives (GENA)

Matilde Ciolli (LIER-FYT & Université Statale de Milan) : "Le populisme néolibéral et son ‘‘moment conservateur’" 


VENDREDI 25 OCTOBRE

 

 

9h-11h. Campus Condorcet. Centre de colloques. Salle multifonction n° 4.


Séminaire "Analyser l’activité "telle qu’elle se fait" : les bases conceptuelles et méthodologiques de l’enquête vidéo-ethnographique" [Michel de Fornel (LIER-FYT) & Christian Licoppe]


Deuxième séance.



 

LIER-FYT
Laboratoire interdisciplinaire
d'études sur les réflexivités - Fonds Yan Thomas
Directeur: Cyril Lemieux
Directrice adjointe : Julia Christ
A629 - 54 Boulevard Raspail 75006 Paris

Tel : 33 (0) 1 49 54 20 61
Prtncipaux contacts : voir ici

 

Si vous souhaitez recevoir les informations relatives aux activités du LIER-FYT et de ses membres, nous vous invitons à vous inscrire sur notre liste de diffusion en envoyant un message à l'adresse:
lier-fyt_info-request[at]ehess.fr