Membres | Membres statutaires

Nicolas Dodier

Nicolas Dodier
Directeur d'études
Directeur de recherche
Discipline : Sociologie
Institution(s) de rattachement : EHESS, INSERM

Champs de recherche

Procès, droit, victimes, réparation, médecine, santé, théorie des dispositifs

Coordonnées professionnelles

École des Hautes Études en Sciences Sociales
Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités

10, Rue Monsieur Le Prince
75006, Paris

dodier[at]ehess.fr

0033 (0)1 53 10 54 81

Les recherches de Nicolas Dodier ont porté principalement sur les risques, la technique, le travail et la médecine. Il s'intéresse actuellement aux itinéraires de victimes, à la réparation des malheurs, des violences et des injustices, ainsi qu'aux procès judiciaires. Il développe une approche processuelle des dispositifs. Il co-anime avec Liora Israël (EHESS) un séminaire à l'EHESS : "Le procès comme dispositif". Il co-anime avec John Bowen (Université Washington à Saint-Louis) et Jan Willem Duyvendak ( Université d'Amsterdam) un programme d'échanges international "Social Studies of institutions".
 

 

Parmi les dernières publications

 

Dodier, Nicolas, 2014, « Transformations des langages et du travail critique des sciences sociales. Quelques propositions à partir de l'exemple des questions médicales », Raisons politiques, n°55, 7-46 (suivi de « Entretien critique avec Nicolas Dodier » par David Smadja, p.47-59).

 

Barbot, J., Dodier, N., 2014, “Repenser la place des victimes au procès pénal. Le répertoire normatif des juristes en France et aux Etats-Unis”, Revue française de science politique, 64(3), 407-434. (traduit en anglais : “Rethinking the Role of Victims in Criminal Proceedings”, disponible sur Cairn international).

 

Barbot, J., Dodier, N., 2015-1, “Victims' evaluation of compensation. The tainted hGH case", Human Studies, 38(1), 81-96 (DOI 10.10007/s10746-014-9330-4).

Barbot, J., Dodier, N., 2015-2, “Face à l’extension des indemnisations non judiciaires. Le cas des victimes d’un drame de santé publique”, Droit et Société, n°89, 89-103.

 

Barbot, J., Dodier, N., 2015-3, "Dealing with compassion at work. Strategic reflexivity among court lawyers", Sociologie du travail, 57 (English Supplement), e43-e62.

Document(s) à télécharger

EHESS
Institut Marcel Mauss
CNRS

flux rss  Actualités

Frontières

Journée(s) d'étude - Vendredi 03 juin 2016 - 09:00

Quand la demande d’abolition des frontières se fait pressante, qu’elle vienne des pouvoirs économiques ou de la société civile, que de multiples frontières et murs se recréent dans toutes les régions du monde, que des guerres sont à la fois localisées et déterritorialisées, il paraît nécessaire de revenir aux origines, lorsque le concept n’existait pas encore, aux raisons d’être qui ont été avancées pour les constituer, aux fonctions qui leur sont dévolues. Nous le ferons en examinant d’emblée le sens de la revendication contemporaine de leur abolition. Munis de ce bagage, nous cheminerons, depuis la pluralité des concepts utilisés par les historiens grecs jusqu’au sillon de Romulus, fondateur pour la mythologie juridique. Le mot frontière s’imposa lentement pour acquérir son sens actuel, et sa représentation – un trait sur une carte qui crée dans le même temps, des espaces séparés et des zones d’échanges. En droit constitutionnel, ce trait délimite un territoire, où vit un peuple, éventuellement avec des minorités ou/et des peuples autochtones, peuple sur lequel s’exerce, ou cherche à s’exercer, un pouvoir souverain. De l’autre côté du trait s’exerce un autre pouvoir souverain. Il y a donc un rapport spécifique entre le trait abstrait, sa matérialisation par des postes-frontières, check-points, murailles, la surface à l’intérieur du trait et l’institutionnalisation de formes de pouvoir et de gouvernement impliquant une administration, une justice, une fiscalité, un drapeau, une ou des monnaies, etc. Ces traits peuvent être contestés – ce sont les conflits frontaliers, chauds ou froids, qui se règlent par la force ou par le droit –, déplacés – que ce soit par la force ou par accord entre les parties, renforcés par des murs, coordonnés avec d’autres lorsque se forme une entité régionale comme l’Union européenne. Sans ce rapport entre le trait, la surface, le peuple et un pouvoir de jurisdictio, une politique consentie est-elle possible ?

Lire la suite

Émotions

Journée(s) d'étude - Mardi 24 mai 2016 - 08:30

Les émotions occupent une place de plus en plus importante dans les sciences humaines et sociales contemporaines. Pour ce qui est de la sociologie, cette évolution n’est pas sans lien avec la généralisation du recours à l’enquête ethnographique et aux entretiens, qui placent souvent, sinon toujours, le sociologue face aux émotions des enquêtés, et face aux siennes. Des moments d’épreuves semblables à ceux que la société française a vécu avec les attentats de janvier et de novembre 2015 confèrent aussi à cette question des émotions une urgence particulière.

Lire la suite

Réseau du monde carcéral

Rencontre - Mardi 24 mai 2016 - 09:00

Des doctorants et post-doctorants de tout horizon présenteront leurs travaux qui seront discutés par des chercheurs, des professionnels et des militants associatifs du monde carcéral. Journée sous la présidence de Marc Bessin (IRIS/EHESS).

Lire la suite

Plus d'actualités

 

LIER
Laboratoire interdisciplinaire
d'études sur les réflexivités
Directeur: Dominique Linhardt
10,  Rue Monsieur Le Prince
75006 Paris

Tel : 33 (0) 1 53 10 54 60
Fax : 33 (0)1 53 10 54 53
Mail : lier[at]ehess.fr

 

Si vous souhaitez recevoir les informations relatives aux activités du LIER et de ses membres, nous vous invitons à vous inscrire sur notre liste de diffusion en envoyant un message à l'adresse:
lier_info-request[at]ehess.fr